HISTOIRE


6000-500 av. J.-C.


L'histoire de la Sardaigne commence au paléolithique inférieur, auquel remontent les premiers vestiges attestant la présence de l'homme, mais ce n'est qu'au néolithique inférieur (vers 6 000 av. J.-C.) qu'il s'y installe durablement, prenant possession des terres et développant des contacts avec la Corse, l'Italie et le sud de la France. Entre 1 500 et 500 av. J.-C., se développe la civilisation des nuraghi, ainsi appelée à cause de ses célèbres constructions de pierre en forme de tours qui parsèment encore aujourd'hui l'île.


Xe-VIe siècles av. J.-C.


Stratégiquement située en Méditerranée et riche en ressources minières, la Sardaigne est rapidement enjeu de rivalités des puissances méditerranéennes (Mycéniens et Chypriotes). Elle est ensuite successivement envahie par les Phéniciens (Xe-VIIe siècles avant notre ère) qui y installent des colonies, les Carthaginois (VIIe siècle) qui annexent l'île à leur empire, et les Phocéens (VIe siècle).


IIIe siècle av. J.-C.


Les Sardes tombent ensuite sous la domination romaine, ce qui marque la fin de la civilisation des nuraghi. Rome développe une administration rigoureuse et construit un ambitieux réseau routier, dont certains vestiges demeurent, lorsque l'actuel tracé ne les a pas recouverts.


V-IXe siècles


Le déclin de Rome ouvre la voie aux Vandales (V-VIe siècles) qui, une fois vaincus par l'Empire d'Orient, abandonnent la Sardaigne à la lointaine Byzance. L'expansion arabe en Méditerranée, au IXe siècle, entraîne des razzias qui dévastent les côtes pendant trois siècles. Laissés à leur sort par l'Empire byzantin, les Sardes s'organisent administrativement et militairement en quatre giudicati, royaumes indépendants, mais ils font finalement appel aux Républiques de Gênes et de Pise pour les défendre.


XIIIe siècles


Cependant, après avoir éliminé les Arabes, les deux cités se disputent âprement l'île. C'est finalement le pape Boniface VIII qui, en 1297, l'adjuge (ainsi que la Corse) au roi d'Aragon, qui l'occupe durablement par la force. Le catalan s'impose alors comme langue dominante jusqu'au XVIIIe siècle.



XVIIIe-XIXe siècles


Après une parenthèse autrichienne (1708-1718), la Sardaigne échoit au duc de Savoie qui en devient le roi en 1720, avant d'être intégrée au royaume d'Italie en 1861. Ce rattachement entraîne la disparition complète du catalan de l'administration et de l'Église au profit de l'italien (langue officielle dès 1764).

HISTOIRE


1948


Le lourd tribu que payent les Sardes durant la Première Guerre mondiale (les pertes d'hommes jeunes ont été proportionnellement les plus importantes de toutes les régions d'Italie) ravive les velléités autonomistes. Il faudra cependant attendre la fin de l'ère mussolinienne et 1948 pour que la Sardaigne obtienne le statut de région autonome ; une autonomie relative puisqu'aucune disposition linguistique officialisant le sarde n'est prévue. Aussi une frange de la population continue-t-elle à réclamer la reconnaissance du sarde comme langue nationale de l'île, au même titre que l'italien.


1950-1970


La Cassa per il Mezzogiorno et le piano di Rinascita financent des avancées dans le domaine de l'agriculture, de l'éducation, de l'industrie, du transport et de la banque. La préoccupation des territoires permet le développement du tourisme et la création de la Costa Smeralda de réputation internationale créé en 1962 par le Consortium dirigé par Karim Aga Khan.


1994


l'archipel de la Maddalena est classé parc national marin, avec ses 15046 ha de superficie marine et 180 km de côtes.


2005


Une loi régionale adoptée en 2001 prévoit un total de huit provinces à partir du 9 mai 2005. Les quatre nouvelles provinces sont : la Province d'Olbia-Tempio (OT), la Province de l'Ogliastra (OG), la Province de Carbonia-Iglesias (CI) et la Province du Medio Campidano (MD).




IMAGES ALEATOIRES

Valid XHTML 1.0 Transitional CSS Valide !